Le secteur des Centres d’insertion socioprofessionnelle (CISP) menacé d’extinction programmée

Le secteur des CISP est pris pour cible par le Ministre de l’Emploi et de la Formation, Pierre-Yves Jeholet. Des projets de décrets et d’arrêtés sont sur la table du Gouvernement wallon et fragilisent notre secteur CISP au risque de le voir purement et simplement disparaitre à terme.
Réforme APE et décret insertion, Guide des dépenses éligibles, dossier unique du demandeur d’emploi, nouveaux arrêtés liés au décret CISP menacent tout le travail des CISP et l’avenir du public des demandeurs d’emploi peu qualifiés.

Le Guide des dépenses éligibles

Le principe du contrôle du bon usage des deniers publics ne pose pas de problème au secteur. Cependant, les dispositions prévues actuellement dans le guide des dépenses éligibles sont tellement rigides et contraignantes  que c’est la faillite programmée pour de nombreux centres d’insertion socioprofessionnelle !

L’Interfédé, l’InterMire et les SAACE ont remis un avis sur l’avant-projet d’arrêté du Gouvernement wallon relatif aux dépenses éligibles le 6 décembre 2018.

L’Interfédé a encore répondu aux propos du Ministre P-Y Jeholet le 10 janvier dernier suite à ses déclarations lors de la séance au Parlement wallon de la Commission de l’économie, de l’emploi et de la formation du 18 décembre.

L’Arrêté CISP

Le nouvel arrêté CISP propose des modifications substantielles moins de 18 mois après son entrée en vigueur et aura notamment pour effet de limiter l’accompagnement des personnes uniquement à une insertion professionnelle en niant l’indispensable travail d’accompagnement social et citoyen mené avec elles par les centres.

L’Interfédé a remis un avis étayé de 14 pages le 18 décembre dernier sur l’avant-projet d’arrêté CISP.

Décret insertion

La réforme APE, menée dans la précipitation, transfère des budgets importants vers les politiques fonctionnelles, sans véritable analyse des besoins. De nombreux “ex-APE” de notre secteur sont affectés systématiquement à la politique fonctionnelle «Emploi». Celle-ci met en œuvre un futur projet d’insertion régi par marché public, ouvert au secteur privé marchand, contraint par un résultat d’insertion à l’emploi. L’Interfédé demande que les CISP relèvent de la compétence fonctionnelle «Formation», tenant compte de leur mission.

Position de l’Interfédé – le 10 janvier 2019 sur l’avant-projet de décret relatif à l’insertion dans l’emploi des demandeurs d’emploi inoccupés.

Dossier unique

L’Interfédé émet de sérieux doutes sur la pertinence de l’outil que sera le dossier unique du demandeur d’emploi comme réponse à leurs besoins essentiels de (ré)insertion sur le marché de l’emploi. Le dossier unique n’est pas un outil d’orientation mais bien un outil de traçabilité du parcours du demandeur d’emploi. Il ne remplacera jamais la pertinence d’un entretien en face à face avec le demandeur d’emploi.

Craignant une dérive d’automatisation sans prise en compte approfondie des besoins et réalités du demandeur d’emploi, l’Interfédé demande que des balises soit rencontrées et garanties dans un texte diffusé le 17 janvier 2019.