Des organisations de la société civile, des syndicats, des personnalités académiques et des personnes en situation de pauvreté demandent ensemble au prochain gouvernement fédéral de garantir un revenu adéquat et accessible à tous et toutes afin de sortir réellement les personnes de la pauvreté. Les partenaires du Belgian Minimum Income Network (BMIN) ont rédigé un memorandum commun auquel s’associe l’Interfédé.

Tout comme en 2011, le gouvernement fédéral actuel avait intégré en 2014 dans son accord gouvernemental une augmentation des allocations sociales au-dessus du seuil européen de pauvreté.  Aujourd’hui, nous devons constater que cette promesse n’a de nouveau pas été tenue. Il y a eu une augmentation limitée de certaines allocations. Mais ces augmentations n’ont pas permis de remonter ces allocations au-dessus du seuil de pauvreté. Par ailleurs, ce gouvernement a limité ou même complètement bloqué l’accès à la protection sociale pour beaucoup de personnes.

Ce n’est donc pas une surprise si le nombre de personnes en situation de pauvreté reste très élevé. En effet, 1 Belge sur 6 doit encore vivre avec un revenu en-dessous du seuil de pauvreté. Depuis 2008, il n’y a pas eu de réduction significative du nombre de personnes exposées au risque de pauvreté ou de l’exclusion sociale. Il est grand temps que les promesses qui ont été répétées pendant des années soient honorées. Il est grand temps d’allier  des actes à la parole et de se doter d’un plan ambitieux et concret pour y parvenir.

En vue des élections fédérales en 2019, les partenaires BMIN ont développé un mémorandum commun dans lequel ils ont formulé des exigences concrètes soutenant la construction d’un tel plan d’action. Au niveau européen, ils ont joint la campagne ‘EMIN’ qui se bat pour que l’Europe exige  de tous les états membres des montants minima adéquats dans la protection sociale.

Le mémorandum du BMIN “Hausse des revenus des plus faibles – pour une vie décente” est téléchargeable via le lien : BMIN-MEMORANDUM-COMMUN-2019