Le 21 septembre 2021

Personne de contact : Inès Wilmet (ines.wilmet@interfede.be)

L’Interfédé au pilotage de l’évaluation de la mesure

Initiée dans le cadre du Plan de sortie de la pauvreté et portée par le Gouvernement wallon, la mesure « Coup de pouce digital » a permis, sur proposition du Ministre-Président, Elio Di Rupo, et avec l’appui de la ministre de l’Emploi, Christie Morreale, de dégager une somme de quatre millions d’euros à destination des centres d’insertion socio-professionnelle (CISP) afin de lutter contre la fracture numérique mais aussi, dans le contexte de crise sanitaire actuel, de permettre aux stagiaires des CISP de suivre leur formation à distance et, in fine, de favoriser de manière générale la mise à l’emploi de publics plus précarisés (pour lire l’AGW du 19/11/2020, cliquez ici).

Un prêt de 4.000 ordinateurs pour les stagiaires des CISP

Concrètement, cette mesure a pour objectif de soutenir les publics les plus précarisés en accordant aux CISP des moyens financiers leur permettant, d’une part, d’acquérir des ordinateurs portables pour équiper leurs stagiaires sous forme de prêt (une première enveloppe de 3,25 millions d’euros est destinée à l’achat de plus de 4.000 ordinateurs ainsi que divers accessoires comme une souris, une sacoche de transport ou encore une housse de protection) et, d’autre part, grâce à une seconde enveloppe de 750.000 euros, de proposer un accompagnement à l’utilisation du matériel informatique avec une formation de base à l’entretien de l’ordinateur portable et à sa manipulation ainsi qu’une formation relative aux ressources utiles aux stagiaires : sites de recherche d’emploi, démarches administratives, etc.

Coordonner et évaluer la mesure

Afin de coordonner la mise en œuvre de la mesure, l’Interfédé a mis en place un groupe de travail (GT) qui réunit les cinq fédérations : Actions Coordonnées de Formation et d’Insertion (ACFI) ; Actions Intégrées de Développement (AID) ; Association Libre d’Entreprises d’Apprentissage Professionnel (ALEAP) ; Concertation des Ateliers d’Insertion Professionnelle et Sociale (CAIPS) ; Lire et Ecrire en Wallonie (LEEW). Une plateforme de partage de documents entre fédérations a été créée et une FAQ qui mutualise les différentes questions opérationnelles des centres et les réponses apportées par le SPW a été réalisée.

La mesure, qui a démarré le 1er novembre 2020 et qui devait initialement se terminer au 1er juin 2021, a été prolongée jusqu’au 30 novembre 2021 (pour lire l’AGW de prolongation de la mesure, cliquez ici). Une subvention facultative a été octroyée à l’Interfédé pour mener une évaluation de la mesure. Un rapport final reprenant des données quantitatives et qualitatives sera donc élaboré dans les prochains mois à partir des évaluations de terrain réalisées par l’entremise des fédérations. L’évaluation finale, dont les axes méthodologiques ont été validés par le Cabinet de la ministre de l’Emploi, permettra de dégager les forces et les éléments d’attention du projet et de faire des recommandations aux pouvoirs publics en vue d’une éventuelle reconduction de la mesure.

Lutter contre la fracture numérique…

En lien avec le Plan d’inclusion de tous les Wallons pour la réduction de la fracture numérique qui vise, comme son nom l’indique, à lutter efficacement contre la fracture numérique et ce, à partir de quatre grands niveaux d’action (mobilisation du public ; renforcement de l’offre de services ; outillage du réseau ; pilotage du Plan) articulés autour de 14 projets concrets, l’intérêt de l’évaluation de la mesure Coup de pouce digital réside également dans le fait d’analyser ses effets sur la réduction de la fracture numérique du public CISP.

… et maintenir la priorité de la formation en présentiel !

En pilotant cette évaluation, l’Interfédé témoigne de son adhésion à la mesure dans l’optique d’une implication volontaire des CISP dans la lutte contre la fracture numérique qui touche particulièrement leurs publics. Néanmoins, parallèlement à cette réelle préoccupation et aux objectifs poursuivis par la mesure Coup de pouce digital, rappelons que l’Interfédé est tout particulièrement attentive à la nécessité d’offrir aux stagiaires des CISP un environnement propice à l’apprentissage qui repose sur une pédagogie particulière, peu adéquate avec la formation à distance. Dans ce contexte, la formation en présentiel reste et restera une des priorités du secteur !