Note d’analyse et de réflexion

Développée en France depuis 2016, l’expérience Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée (ci-après « TZCLD ») vise à  « montrer qu’il est possible à l’échelle de petits territoires, sans surcoût significatif pour la collectivité, de proposer à tout chômeur de longue durée qui le souhaite, un emploi à durée indéterminée à temps choisi, en développant des activités utiles pour répondre aux besoins des divers acteurs du territoire »[1].  En cela, l’expérimentation TZCLD est une initiative innovante qui bouscule les postulats en place depuis de nombreuses années et rejoint, à tout le moins en théorie, les valeurs défendues par le secteur des CISP et tout particulièrement le droit au travail comme levier d’intégration et d’émancipation, et le soutien prioritaire à la création d’emplois durables et de qualité accessibles à des personnes fragilisées.

La question de la transposition du dispositif TZCLD en Belgique suscite de plus en plus l’intérêt de certains acteurs locaux mais aussi des politiques dont la Ministre de l’emploi en Wallonie, Christie Morreale, qui souhaite transposer ce dispositif dans le cadre de sa politique d’emploi et de formation. Plusieurs CISP sont également impliqués dans la réflexion et la mise en œuvre des projets TZCLD, en particulier en Hainaut Sud et au Luxembourg. Par ailleurs, l’Interfédé a été interpellée à plusieurs reprises par la presse, par des politiques et par des partenaires afin de leur faire part de nos réflexions et de notre positionnement relatif au dispositif TZCLD. Comme nous le verrons, le développement et l’appropriation du projet TZCLD en Wallonie soulèvent de nombreuses questions et sont porteurs d’enjeux pour le secteur des CISP.

La note d’analyse et de réflexions met en contexte l’expérience TZCLD, relaye une analyse critique de l’initiative et propose des pistes de réflexions et propositions si le projet devait voir le jour en Wallonie… Bonne lecture