Le SPW Emploi-Formation et l’Interfédé ont sollicité le soutien de la Commission européenne (via le Programme de Soutien à la Réforme Structurelle – PARS) et de l’OCDE dans le but d’améliorer la reconnaissance des acquis d’apprentissage en CISP pour les personnes peu scolarisées. L’objectif du projet est de faciliter leur insertion socioprofessionnelle et  de favoriser les passerelles avec d’autres opérateurs.

Les parties prenantes au projet : le SPW Emploi-Formation, l’Interfédé et les 5 fédérations des CISP, le Cabinet de la Ministre régionale de l’Emploi, le Forem, l’Ifapme, l’Enseignement de Promotion sociale, le Service Francophone des Métiers et des Qualifications, le Centre de Validation des Compétences et le Cadre Francophone des Certifications.

La durée du projet est de deux ans jusqu’en juin 2021 et comporte trois volets déclinés en trois phases de travail.

La première phase a consisté en une enquête auprès des CISP sur leurs pratiques en matière d’évaluation et de reconnaissance des acquis existantes et en une analyse d’expériences probantes dans d’autres pays européens. Cette phase s’est clôturée par un séminaire le 9 décembre 2019, où l’OCDE a présenté les résultats de leurs analyses. Des ateliers ont aussi été organisés pour identifier les principaux défis à relever. Voici le rapport relatif à l’enquête CISP  : “L’évaluation et la certification des acquis d’apprentissages en CISP en Wallonie. Une analyse de certaines pratiques, des défis et des facteurs de succès”.

L’ensemble des documents de la journée sont également disponibles via ce lien : https://emploi.wallonie.be/home/formation/cisp/reconnaissance-des-acquis-dapprentissage-en-cisp.html

La deuxième phase a commencé en février 2020. Différents groupes de travail qui rassemblent des travailleurs des CISP, réfléchissent sur trois thématiques :

  • L’identification des acquis d’apprentissage en lien avec les référentiels
  • Les modèles d’attestation de fin de formation qui permettent de rendre visible ce que le stagiaire possède comme compétences techniques et transversales mais aussi les savoirs, savoir-faire et savoir-faire comportementaux
  • Le développement de partenariats en lien avec la reconnaissance et le transfert des acquis

Un groupe de travail complémentaire réunissant les parties prenantes se réunit également afin d’identifier les facteurs de succès et les difficultés rencontrées lors d’expériences de terrain visant la mise en place de parcours de renforcement des compétences des stagiaires en CISP.

L’objectif de cette seconde phase est de trouver un premier consensus au sein du secteur sur les recommandations à formuler afin de renforcer et de développer les systèmes d’évaluation et de reconnaissance des acquis.

La troisième phase se penche sur la pertinence, l’intérêt et les modalités d’un système qualité. Elle concernera tant l’appropriation interne au secteur et l’identification et la mise en œuvre d’actions susceptibles de soutenir cette appropriation que l’articulation des nouvelles pratiques avec les dispositifs existants. Un groupe de travail sera aussi organisé pour réfléchir sur cette thématique.

Le projet se terminera par un séminaire où seront discutées et validées les recommandations à formuler auprès du Gouvernement wallon en matière de reconnaissance des acquis pour les CISP. Nous serons alors en mai ou juin 2021.

Retrouver les nouvelles de ce projet dans le Bulletin de juin 2020 en cliquant sur l’image.