Le 25 juin 2020, la Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle a soumis en 1ère lecture au Gouvernement wallon un avant-projet de décret sur la réforme de l’accompagnement des demandeurs d’emploi. L’Interfédération des CISP a pris connaissance de ce texte et son Conseil d’administration a décidé de remettre un avis d’initiative sur cet avant-projet de décret dont les enjeux à moyen et long termes sont fondamentaux pour l’insertion socioprofessionnelle des demandeurs d’emploi et les relations partenariales entre le Forem et l’ensemble des acteurs de la formation et de l’insertion.

Depuis, l’Interfédération des CISP n’a pas baissé la garde. Elle a fait valoir ses intérêts lors de rencontres avec des représentants du cabinet de la Ministre et du Forem ainsi qu’au sein de la Commission des opérateurs. En vue d’orchestrer une mobilisation collective et de définir une stratégie d’actions commune, elle a également réuni à trois reprises des partenaires du champ de la formation et de l’insertion socioprofessionnelle. En date du 23 octobre 2020, un courrier co-signé par plusieurs partenaires a été adressé à la Ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle. Ce courrier pointe quelques préoccupations importantes relatives à la participation réelle des demandeurs d’emploi au processus d’accompagnement et à la définition de son parcours de formation et d’insertion, aux garanties d’accompagnement en présentiel, aux modalités de recours éventuels pour les demandeurs d’emploi non satisfaits des décisions ou choix préconisés, aux procédures effectives aboutissant potentiellement à des sanctions, à la transmission d’informations entre le Forem et les partenaires sur le parcours du demandeur d’emploi, aux modalités concrètes des relations partenariales envisagées entre le Forem et les opérateurs, à la formation initiale et continuée des conseillers du Forem, au rôle des employeurs dans le processus d’insertion ainsi qu’au budget précis dédié à la réforme.

Poursuivant son parcours législatif, le projet de décret a été soumis en 2ème lecture au Gouvernement wallon le 12 novembre 2020. On constate certaines avancées positives en regard des préoccupations déjà mentionnées même si d’autres questions importantes restent en suspens. Aussi, force est de constater que le travail d’analyse et de négociation de l’Interfédération des CISP avec les autorités publiques en charge de la conception et de la mise en œuvre de la réforme fait écho et porte en partie ses fruits puisque de nouvelles consultations sont prévues, à l’entame de 2021, avec les acteurs de la formation et de l’insertion. Ces consultations auront donc lieu avant le passage du texte en 3ème lecture au Gouvernement wallon, ce qui permettra une fois de plus aux acteurs du champ de l’insertion de faire entendre leur voix, tant sur le plan du décret que sur le contenu plus précis de l’Arrêté du Gouvernement wallon à venir. Et l’Interfédération des CISP entend bien continuer à être une force de proposition constructive, toujours et uniquement dans l’intérêt des publics concernés par la question complexe et épineuse de l’insertion socioprofessionnelle…

A lire également l’article paru le 28 janvier dans La Libre : “Réforme du Forem : la Wallonie mise-t-elle sur le numérique et pas assez sur l’humain ?” en cliquant sur le lien. L’Interfédé a été interviewé par le journaliste Antonin Marsac et a pu donner son point de vue sur cette réforme.